Handicap: des crèches "sans barrières" pour accueillir tous les enfants

Magazine santé, l'actu Santé

Magazine santé, l'actu Santé

Handicap: des crèches "sans barrières" pour accueillir tous les enfants

Le jeudi 19 avril 2018 à 15:07 handicapés enfants autisme association

Handicap: des crèches "sans barrières" pour accueillir tous les enfants

Handicap: des crèches 'sans barrières' pour accueillir tous les enfants
Handicap: des crèches "sans barrières" pour accueillir tous les enfants

L'accueil d'enfants handicapés dans les crèches devrait être "inconditionnel", plaide jeudi la Croix-Rouge, gestionnaire de plusieurs établissements qui "cassent les barrières" pour accueillir les tout-petits sans distinction et où les soins nécessaires sont apportés par des équipes mobiles.

14h30. Dans une salle de la crèche parisienne Ernest May, Paul (prénom modifié) vient de se réveiller de la sieste. Slip rouge, tee-shirt vert et doudou à la main, le garçonnet déambule entre les jouets en souriant et s'installe avec ses camarades Louison et César.

Autour du robot Leka, une boule intelligente qui fait du bruit, vibre et s'illumine pour stimuler les enfants par le jeu, le petit groupe crie et rigole.

Il y a quelques mois encore, Paul, atteint de troubles du spectre de l'autisme (TSA), était "très renfermé". "Quand il est arrivé, il ne parlait pas, ne jouait pas avec ses camarades et avait des troubles obsessionnels", se souvient Noëlla Manquin, directrice adjointe de cet établissement du XVIIe arrondissement, constatant une "belle évolution depuis un an".

Sur ses 62 berceaux, cette crèche de quartier gérée par la Croix-Rouge en réserve 12 depuis un an pour des enfants autistes, un trouble neurodéveloppemental qui affecte environ une naissance sur cent.

Dans cet établissement, quelques portes mais peu de cloisons. Les enfants, classés par degré de mobilité plutôt que par âge, sont libres de circuler entre les différents espaces, traînant un petit sac bleu avec tétine, doudou et feuille de suivi remplie par le personnel le long de la journée.

"On a cassé les barrières. Le pari, c'était de mélanger tout le monde pour permettre un maximum d'interactions entre les enfants, mais aussi le personnel. Sans stigmatisation", explique à l'AFP Fabien Roussel, le directeur.

De fait, "les parents connaissent notre projet mais il arrive encore qu'on nous demande quand est-ce qu'on va commencer à accueillir des enfants autistes", s'amuse-t-il.

- La tête contre les murs -

L'endroit est rare. Peu de structures de petite enfance accueillent des enfants en situation de handicap, malgré une volonté unanime "d'inclure" dès le plus jeune âge.

Le 4e plan autisme, récemment annoncé par le gouvernement, s'engage d'ailleurs dans le diagnostic précoce des enfants et la scolarisation en maternelle pour tous.

La Croix-Rouge, qui gère 57 crèches volontaires pour accueillir les enfants en situation de handicap, a décidé de consacrer son 3e Pacte Santé au thème "Enfance et Handicap".

Dans ce rapport, présenté jeudi lors d'une table-ronde en présence de la secrétaire d'Etat chargée du handicap Sophie Cluzel, elle détaille ses engagements et défend un accueil "inconditionnel" dans les dispositifs de la petite enfance, à l'école et en centre de loisirs.

"Un enfant handicapé, c'est d'abord un enfant", déclare à l'AFP le Professeur Jean-Jacques Eledjam, président de la Croix-Rouge française. "Il faut s'adapter à un besoin, plutôt que répondre à une offre globale".

Ainsi, pour éviter "d'enlever l'enfant de son espace de vie", des équipes mobiles spécialisées (psychomotricien, psychologue...) interviennent au sein même des crèches", détaille Céline Poulet, délégué nationale handicap à la Croix-Rouge. Et pour "désacraliser le handicap", la majorité des personnels ont été sensibilisés.

"Il a fallu revoir les pratiques... et les a priori", poursuit M. Roussel. "Un enfant handicapé n'est pas synonyme d'enfant à problème, un enfant autiste n'est pas un enfant qui se tape la tête contre les murs".

Pourtant, sur les 12 places dédiées à Ernest May, seules sept sont prises. Par manque d'information, peur de l'échec ou autocensure, peu de parents demandent une place en crèche, regrettent ces professionnels.

"Souvent quand le diagnostic est posé, un des parents s'arrête de travailler alors ils ne se sentent pas forcément légitimes. Pourtant, c'est vital pour souffler", constate Noëlla Mangin.

Selon un sondage réalisé par l'institut CSA pour la Croix-Rouge, un tiers (33%) des parents d'enfants en situation de handicap ne se déclare pas satisfait des conditions de scolarisation de leur enfant.

Par Jessica LOPEZ, © 2018 AFP


A LIRE AUSSI :

Trouvez votre conseiller

Rechercher

Ma santé facile

recrute !


Expérimenté(e) ou jeune diplômé(e),
découvrez vos opportunités de carrière.